Ce soir

Publié le par Heckel et Jeckel

Ce soir, cette nuit, je me fais du souci pour elle. Je sais que quelque chose ne va pas, je l’ai su à sa voix au téléphone. Tout ça a commencé plus tôt dans la soirée, à l’heure du JT quand j’ai reçu un message d’elle me demandant ce que je faisais ce soir. Ma réponse, qui fut que je n’avais rien de prévu, resta sans retour. C’est quand je l’ai rappelé que j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Sa voix l’a trahi. Une voix dure mais triste avec quelque chose de retenu derrière. Une voix qui m’a ramené à de longues discussions d’il y a deux étés. Une voix des mauvais jours. Une voix qui ne me ment pas. Après cela, impossible de regarder un film sans penser, penser, penser. Je lui renvoie plusieurs messages même si je sais que cela est vain. Elle me répond avec plus ou moins d’intervalles. J’ai le ventre qui se tord et l’esprit en mode « bloqué ». À chaque fois, elle me répond de ne pas m’inquiéter mais sa façon d’écrire ses SMS la trahisse.

Elle n’a pas voulu me dire quoi, pourtant elle se confie toujours à moi. Dans ses moments là, j’ai peur, je la sens tellement semblable à moi. Emmurée dans une chape silencieuse dont personne ne saurait la faire sortir. Je trouve qu’elle me ressemble et c’est ce qui m’effraie le plus. Car ses états dont on ne saurait être aidé sont les pires, moments de défaite pour soi et pour les autres.

Je songe à trouver une occupation pour que cette nuit passe plus vite, pour que je puisse la décrocher de mon cerveau. Rapidement j’envisage cette bouteille d’excellent blanc qui est au frigo. Mais je me ravise, pas envie de boire tout seul. J’ai envie de voir des gens mais pas qu’ils me voient. J’ai envie d’entrer dans un bar et de picoler jusqu’à la fermeture en compagnie de personnes à qui je ne dirai rien.

Ce dont j’ai réellement envie n’est pas là. J’ai envie d’être avec mes amis. Avec lui, autour d’une bouteille ; mais il est avec sa copine. Avec elles, mais elles sont parties. Les bras d’une fille pour en oublier une autre, quoi de mieux ? J’ai envie de ce confort, d’être avec elles et ne rien dire et seulement me sentir bien en leur présence. J’envisage aussi de discuter avec quelqu’un sur Msn ou Facebook, mais, comme souvent, il n’y a pas grand monde d’intéressant au rendez-vous. J’aime ces discussions qui se terminent à 3 heures du matin, dont on sort hébété mais repu.

Mais non, je suis là, j’envisage de me préparer à manger, cuisiner cela occupe et manger change les idées. J’ai aussi du foie gras au frigo. D’ailleurs on pourrait résumer le contenu de mon frigo à trois bouteilles de vin blanc et trois blocs de foies gras. Et quelques condiments. Il faudra penser à faire les courses. Mais pas de pain ni de pain de mie à l’horizon. Sale soirée.

 

Un jour, quelqu’un a dit : « C'est affreux de connaître le secret d'un autre et de ne pas pouvoir l'aider ». C’est ce que je ressens en ce moment je crois. Je la connais comme personne, je pense. Alors je ne peux faire que des hypothèses sur ce qu’il lui arrive. : Pas le moral à cause des fêtes de fin d’année, problème au boulot, avec son copain… Copain chez qui elle doit être en ce moment et à qui elle ne dira rien. Elle me parle plus à moi qu’à lui. Que puis-je faire ? Débarquer chez lui pour la forcer à parler ? Car je sais même où il habite. Mais je ne peux pas agir ainsi, ce serait inconvenant, ce n’est pas mon rôle. Et je déteste forcer les gens, je préfère qu’ils soient amenés à se confier naturellement.

Mon portable vibre. Un message d’elle. Elle me dit que tout va bien, elle m’appellera demain. Cette fois-ci je la crois. Elle le fera. Je ne comprendrai sans doute jamais pourquoi je suis autant attaché à elle. Je ne veux pas savoir, pas analyser. Les choses sont ainsi, et je refuse d’intellectualiser cet aspect de ma vie. Nous avons une relation spéciale, peut être hybride. Je ne sais pas si je la comprends vraiment, si les états que je ressens chez elle ne sont pas tout simplement les miens. Je ne pense pas. Je ne me suis que rarement trompé à son sujet. Il ne faut pas analyser les relations qu’on entretient avec les gens qu’on aime sous peine de…Souffrir ? De comprendre ? D’être triste ? Je ne sais pas.

Maintenant je suis rassuré, j’attends demain.

Publié dans Pensées obscures

Commenter cet article

Heckel e& Jeckel 31/03/2009 00:10

Saloperie de frigo qui se vide plus vite qu'il ne se remplit. Il est dans cet état là actuellement. Faites des dons.

Guillaume 31/03/2009 00:01

Je reconnais ce frigo et tes relations "hybrides"..