Le week end en famille

Publié le par Heckel & Jeckel

 Le long week end de Pâques est l'occasion de narrer ce qu'il peut se passer lors d'un week-end en famille.

 

Le plus important pour bien saisir les évènements du week-end familial est de comprendre ce qu'il se passe en amont. Le vendredi, votre père vous propose de venir vous chercher le samedi matin avec moults ravitaillements, ce qui n'est pas pour déplaire. Cela fera moins de courses et met de côté tous les problèmes inhérents au voyage en transport en commun ( dans le désordre : grève, retard, gens qui voyagent avec vous).

Mais le vendredi soir, vous avez aussi prévu de voir un pote que vous n'avez pas croisé depuis un moment histoire de finir en boîte pour sae défouler sur le son d'un dj qui envoie du lourd. Vous vous souvenez alors des paroles de votre père « Je serais là vers 9 h 30 - 10 heures ». Sur le coup, cela ne semble pas être un problème et vous vous dites que la soirée sera modérée et gérée dans son intégralité. L'apéro passé, ces certitudes commencent à s'envoler et après le dîner, au moment d'attaquer la pré-soirée; vous vous dites que vous êtes forts et que la soirée devrait bien se passer. Le temps de terminer une bouteille dans la descent vers la boîte et vous voilà en face du videur. Pas de problème, vous rentrez, et, à votre grande surprise, les bouteilles ne sont pas si chères que ça, alors vous en prenez une, histoire d'avoir le temps d'inspecter la faune de la boîte, accoudés tranquillement au bar. Une fois les habituels travestis, bitchs, crânes rasés repérés, vous vous élancez sur la piste et là c'est la folie. Le son est bon, le son est fort, il y a des lumières qui font bizarres dans les yeux et vous vous donnez à fond. Vers 5 heures du matin, vous avisez la sortie avec votre camarade et, moitié sourd, moitié mort, vous empruntez le chemin du retour. Chemin qui monte et qui a l'air très très long et fatiguant. Au fur et à mesure que vous vous rapprochez de chez vous, les oiseaux chantent de plus en plus fort, preuve que l'aube est proche. Arrivés à la maison, le temps de grignoter une connerie et de débriefer rapidement, il est déjà 6 heures du matin. Après un rapide calcul, vous avez donc 3 bonnes heures de sommeil devant vous. Votre ami réintègre aussi son chez lui d'un pas qui souligne la nécéssité de dormir.

 

Votre père vous ayant dit « entre 9h30 et 10 heures », votre téléphone sonne à 9h15, et c'est lui, pour vous annoncer qu'il est en bas de chez vous. Immédiatement, technique ninja pour simuler une voix sereine, et vous descendez ouvrir. Et là, on passe en mode binaire :

le Père : Alors c'était bien hier ?

Vous : Oui

P : il y avait du monde ?

V : Oui

P : Vous n'avez pas trop bu

V : Non ( et oui, c'est pas tout le temps oui, il y a des pièges).

P : Et vous êtes rentrés tard ?

V : Oui

P : Et, il y avait qui comme musiciens (le concept du dj resatnt vague pour lui) ?

V : Non

Et c'est là les limites du mode binaire, le oui/non, ne marchant que pour les questions fermées. Pour les questions ouvertes, le mieux est de rester dans le vague. Par exemple : « des dj's connus » marche bien.

 

Après cette discussion pénible et haletante, vous vous rendez, non sans difficulté, à la cuisine et, après réflexion, êtes à peu près sûr que ce gros machin blanc avec une porte est un frigo et qu'il y aura quelque chose de frais à l'intérieur. Vérification faite, vous attrapez une bouteille de Cola, qui bizarrement n'a pas le goût d'alcool, et vous rincez la boûche. Vos esprits vous reviennent et la douche devient tout à coup un lieu de passage indispensable. Sous la douche, vous vous sentez réintégrer votre enveloppe corporelle. Les évènements de la veille sont toutefois encore flous. Les provisions rangées, vient le moment du très sensible voyage en voiture.


Là, souvent, c'est un peu le bad. Vous faites des blocages sur les traits de signalisation de la route, sur les voitures, sur les maisons, bref sur tout et les questions parentales deviennent plus pressantes. Il vous faut toute la technique acquise au fil des années pour ne pas sombrer. Et c'est même à vous de poser les questions pour savoir où vous vous rendez. Sans doute chez tatie Jacqueline ou chez mamie Odette, vous ne savez pas pour quelle raison, c'est là qu'on vous rappelle que c'est le week-end de Pâques. Le voyage pourrait durer une seconde ou un an, vous avez du mal à le déterminer. Au milieu d'une brume mentale, vous arrivez au repas de famille, et là, c'est le moment de faire bonne figure. Il faut savoir rester noble, droit et paraître frais et dispo. Pendant le repas, vous restez un peu en retrait sans toutefois vous désintéresser de la conversation et répondez aux questions habituelles l'école/ le boulot/ la vie et tout ça... Bien sûr, vous refusez de boire du vin, sobriété et mal de crâne oblige. N'étant pas trop barbouillé, le repas vous fait le plus grand bien et vous vous sentez de mieux en mieux. On vous offre un oeuf de Pâques et vous essayez de déterminer si c'est une poule, un poisson ou un chien mais ça n'a pas vraiment d'importance, l'appetit n'étant plus au rendez-vous. Vers 17 heures, vous recevez un message de votre ami qui vous dit « qu'il se lève, que c'était super et qu'il est arraché ». Vous restez digne et éteignez votre portable, histoire de ne plus être dérangé. La fin de journée arrive, tout le monde commence à s'en aller et, en pleine forme, vous pouvez rentrer chez vous pour vous coucher. L'objectif pour dimanche : se lever avant 18 heures pour ne pas louper Stade 2. C'est ça aussi le week end.

Publié dans Société

Commenter cet article

Heckel & Jeckel 15/04/2009 11:50

Formule maintes et maintes fois éprouvée qui connaît ses exceptions. Le week-end de Pâques quand même c'est important... on fait la réserve en chocolat !

Simone 15/04/2009 10:46

Effectivement, ça sent bien le vécu. Très bon ça.
Perso, j'ai inauguré la formule "Fuck le repas de famille", pas mal non plus.

Heckel & Jeckel 14/04/2009 16:48

Screaaaaaaaam. Et là une fille monte sur le bar...

Guillaume 14/04/2009 13:59

J'ajouterais que ton petit café était excellent !
Joli coup pour le langage binaire. Une très bonne soirée !
"Are you ready to scream ?"

Heckel & Jeckel 14/04/2009 11:08

En effet, un article plein de vécu avec quelques détails omis ou grossis.
Comme disait John Ford (rien à voir avec les voitures), "Si la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende".
Dont acte.