Vaujour, la belle évasion

Publié le par Heckel & Jeckel

« Ne me libérez pas, je m’en charge » est un documentaire retraçant la vie de Michel Vaujour, braqueur célèbre pour ses multiples évasions de prison.

 

En  trente ans, l’homme en aura passé vingt-sept ans en prison dont dix-sept en cellule d'isolement et sera parvenu à s'en échapper à cinq reprises avant d'obtenir une libération conditionnelle en 2003. Fabienne Goudet, initiatrice de ce projet, nous emmène loin, très loin des films actuels sur le grand banditisme, loin des effets spéciaux, de l’argent et des paillettes qu’on imagine à la vie de  repris de justice. Ici, la sobriété est de rigueur et le propos du film touche d’autant plus. Michel Vaujour n’est pas Cassel dans la peau de Mesrine, il ne fanfaronne pas, il a sur la légende l’avantage d’être en vie. Vaujour ressemblerait plus à Benoît Poelvoorde, un Benoît Poelvoorde plus buriné, marqué par la vie. La similitude est frappante aussi dans son mode de vie et les personnages que peut jouer l’acteur. On le sent proche de la terre, simple mais aussi à fleur de peau. Le film est parfois agrémenté d’images d’archives et témoignages de sa famille et de ses amis mais la majorité du temps de parole est laissée au protagoniste principal.

 
 

« Tu comprends ? »

Cette question, lancée par le criminel, « Tu comprends ? » revient souvent dans les échanges entre Vaugier et Goudet. C’est peut-être là la volonté du film : faire comprendre au spectateur sa vie et lui-même comprendre la sienne. Au long de cigarettes qu’il se roule lors des interviews, il nous raconte sa vie, la vie en prison, ses rêves, ses amis, ses blessures. Et quand tout est trop dur, il s’arrête et tire une grande bouffée sur sa roulée pour reprendre de la constance. On sent un personnage hors du commun qui se livre en face de nous dans un effort pour ressasser et accepter le passé. Il parle de façon très réfléchi et on sent le poids des actes de sa vie dans sa parole. Un documentaire poignant sur l’Homme, son besoin de liberté, son emprisonnement et les erreurs de la vie. Fabienne Goudet nous enferme dans la vie de Vaujour, pour nous libérer deux heures plus tard, plein d’émotions et de questions.


Séances

 
Cinéma Comoedia
13 avenue Berthelot, 69007 Lyon - Arrêt Jean Macé
Samedi / Dimanche / Mardi : 21 h40

CNP Terreaux
40 rue du Président Edouard Herriot, 69001 Lyon - Arrêt Hôtel de Ville
DU vendredi au mardi : 18 heures et 22 heures. 

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

H & J 19/04/2009 15:24

En relisant j'ai vu des passages mal dits et des redondances, j'ai fait quelques corrections.
Pour le film, tant pis, on ne fait pas toujours ce qu'on veut. :)
Et puis il est toujours à l'affiche et il y a plein d'autres films et de divertissements !

Simone 19/04/2009 10:25

Très bon article, ça m'a l'air d'être un trèd bon film. Pas le genre où tu te fend la gueule tout du long, plutôt celui qui fait réfléchir. Et de teps en temps, c'est appréciable. Je regrette de n'avoir pas pu y aller avec toi